Les constructions de Nectanébo II – La finalité des cultes

Toutes ces chapelles assurent, par leurs rites spécifiques, la renaissance du roi mort-Osiris. À Behbeit, Osiris est représenté vivant; vivant par le biais de son propre fils. Sa renaissance devait être assurée par la fabrication annuelle de statues d’argile qui bénéficient de l’activité cultuelle d’Isis et de son fils Horus. Cette activité rituelle, garantissant la permanence du pouvoir royal, est

» Lire la suite

5. Les secteurs décorés par Ptolémée II – L’escalier et les chapelles sur le toit

En revenant dans l’antichambre, on accédait à l’escalier monumental dont les blocs énormes occupent, au sol, un espace beaucoup plus vaste que lorsqu’il était construit. Blocs 260, 261, 264, 266, 269. Comme l’architecte Lézine l’avait déjà constaté, cet escalier était couvert. En empruntant l’escalier, on devait aboutir à la chapelle principale du toit. À ce point, cependant, une remarque s’impose.

» Lire la suite

Les bâtisseurs

En commençant par l’entrée monumentale, Ptolémée III (246-222) qui acheva le secteur occidental du temple poursuivant ainsi les travaux de Ptolémée II (285-246). Ptolémée II fit décorer les secteurs les plus importants du temple où l’on voit les plus beaux reliefs, Nectanébo II (359-341), le fondateur, ayant certainement conçu l’essentiel du temple, étant donné la finalité de ses cultes : assurer

» Lire la suite

Le site aujourd’hui

Entre Mansourah au Nord et Samanoud (la Sébennytos grecque) au Sud, à la limite du village qui lui donne son nom et qui tend, petit à petit à l’englober, s’étendait, à l’intérieur d’une enceinte de briques crues, le plus spectaculaire champ de granit du Delta. En 1993, pour protéger le site, un mur de brique a été construit entre l’enceinte

» Lire la suite

Introduction

De tous les sites pharaoniques majeurs de Basse Égypte, Behbeit el-Hagara est probablement celui qui demeure le plus mal connu car il n’a pas bénéficié de chantiers de fouilles permanents. Seule la Mission Montet y organisa des missions assez courtes, à la fin des années 40 et au début des années 50. Pourtant, il présente un intérêt tout particulier tant

» Lire la suite

Une Longue Histoire – Les débuts en Angleterre

Avant d’achever la mise en ligne de la base de données consacrée au site de Behbeit el-Hagara et aux ruines de son temple, je dois souligner aujourd’hui qu’en dehors des difficultés de parcours, j’ai bénéficié d’une longue chaine de soutien, d’aide, en fait de solidarité. Je crois que ceux qui m’ont aidée doivent être associés à ce parcours dans cet

» Lire la suite

Une Longue Histoire – 1976 à 1990

La thèse. De retour en France, et travaillant alors dans le privé, je n’ai repris les deux thèmes d’études (Tanis et Behbeit) qu’en octobre 1976, quand Monsieur le Professeur Jean Yoyotte me proposa un poste de Chef de Travaux à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, section des Sciences Religieuses. Une mission d’études à Behbeit, pour Dimitri Meeks et moi-même, fut

» Lire la suite

Une Longue Histoire – De 1990 à 2001

Après la thèse En septembre 1993, grâce au colloque de Tanta organisé par le Supreme Council of Antiquities, sous l’autorité de son Président, Prof. Dr. Mohamed A. Nur-el-Din, il a été décidé d’entreprendre un programme de restauration du site. Une tâche importante m’est alors confiée : préparer un projet visant la reconstruction du monument. En ma qualité de « conseillère technique », titre

» Lire la suite
1 2 3 5