Une Longue Histoire – 1976 à 1990

La thèse.
De retour en France, et travaillant alors dans le privé, je n’ai repris les deux thèmes d’études (Tanis et Behbeit) qu’en octobre 1976, quand Monsieur le Professeur Jean Yoyotte me proposa un poste de Chef de Travaux à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, section des Sciences Religieuses. Une mission d’études à Behbeit, pour Dimitri Meeks et moi-même, fut alors organisée.

Consciente de la chance que j’avais et ayant déjà une certaine connaissance de la bibliographie du site, utilisant une photocopieuse, machine depuis peu à disposition du plus grand nombre, nous arrivâmes sur les lieux munis des copies des textes hiéroglyphiques de ce qui avait déjà été publié et de celles des inédits de P. Montet, dont j’avais indexé rois, dieux, offrandes et vocabulaire.

Les quelques jours passés sur le site, en janvier 1977, sont demeurés inoubliables. Tout un village nous a accueillis avec une cordialité qui a beaucoup facilité le travail que nous devions accomplir en une semaine. La bienveillance des responsables régionaux du Supreme Council of Antiquities (alors Service des Antiquités) a également largement facilité notre présence sur le site. A tous, je dois une grande reconnaissance.

N’ayant pas été titularisée, à la fin de mon année de stage, j’ai retourné au Centre Golenischeff la totalité des archives qui m’avait été confiées mais avec l’autorisation écrite de Jean Yoyotte, j’ai pu étudier et exploiter les photocopies des archives que j’avais faites en 1976, pour la mission sur le site.

Pendant cette période, occupée par de nombreux travaux, je pouvais néanmoins, consacré un peu de temps à Behbeit et je faisais des essais de publication des textes par sanctuaires, divinités, rois.

A partir de 1987, ayant retrouvé un poste qui n’était plus celui que j’occupais en 1977, j’ai pu me réinscrire en thèse avec le Professeur J. Cl. Goyon qui limita mon sujet initial (Sébennytos, Behbeit, Sema-Béhedet) à la reconstitution du temple de Behbeit el-Hagar. J’étais alors rattachée au Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes, devenu ensuite Centre Louis Gernet, alors sous la direction de P. Vidal-Naquet. Grâce à Marcel Détienne, Professeur à l’EPHE, j’ai pu approfondir mes connaissances en anthropologie religieuse, ce qui me fut très utile pour l’étude de la liturgie du temple d’Isis et d’Osiris.

En 1988, lors du congrès d’égyptologie du Caire, le Professeur Dr. Mohamed A. Nur-el-Din m’accorda un droit de visite. J’ai ainsi pu reprendre contact, pendant quelques heures avec la réalité du site que le seul travail sur relevés d’inscriptions et sur photos ne peut vraiment remplacer. Il me permettait ainsi de confronter l’ébauche de reconstitution du temple que j’avais préparée aux ruines du site. Pour cette raison, je lui dédie cette base. Mon regret est de ne pas l’avoir fait plus tôt.

La thèse soutenue (février 1990), et grâce au Professeur Hartwig Altenmüller, j’ai préparé son édition avec les éditions Buske, sous le titre de : Le temple de Behbeit el-Hagara. Essai de reconstitution et d’interprétation.